Conduite sans permis : De retour d’une soirée dansante, les jeunes fêtards heurtent violemment deux frères jumeaux

0
39

C’est la tendance. Pour faire la frime durant les week-ends, particulièrement pendant leurs virées nocturnes, des adolescents louent des voitures. A Mbour, de jeunes élèves, tous élèves en classe de seconde d’une école privée de la place, ont hélas dérapé. Revenant de leur virée nocturne, leur véhicule conduit par un des leurs, non détenteur d’un permis de conduire, a violemment heurté deux jumeaux qui étaient à bord d’une moto Jakarta, au point d’occasionner l’amputation d’un pied à l’un et une double fracture du même organe à l’autre. L’affaire s’est retrouvée au tribunal.
C’est la fièvre du samedi soir. Après une semaine studieuse, de jeunes élèves d’une classe de seconde dans une école privée de Mbour, ont voulu décompresser. Pour ce faire, ils n’ont pas lésiné sur les moyens en débloquant 90.000 FCfa pour louer une voiture Ford Escape de type 4×4. Destination, la caserne des sapeurs-pompiers de Mbour, où se tenait une soirée dansante.

Après une soirée bien arrosée, c’est le retour à la maison vers 4h du matin, une heure où la circulation est presque au point mort sur les axes routiers.

Revenant de leur virée nocturne à bord de leur véhicule de location, les jeunes fêtards ont heurté violemment au croisement Darou Salam, une moto Jakarta sur laquelle se trouvaient deux frères jumeaux. O. et A. Sambou, après le choc, étaient dans un état critique.

L’un des jumeaux a été évacué à Thiès dans un état très critique. L’autre était dans le coma à l’hôpital de Mbour. A l’arrivée, l’un d’eux a été amputé du pied pendant que l’autre souffre d’une double fracture du pied.

Le hic, c’est que le conducteur du véhicule au moment de l’accident, ne disposait pas de permis de conduire. A la barre du tribunal des flagrants délits de Mbour, hier, les jeunes fêtards ont regretté leur acte et sollicité la clémence des juges. Ils ont expliqué en détail comment ils en sont arrivés à commettre cet accident.

C’est S. M. Dia qui a pris en location le 4×4 auprès d’un certain Mouhamed Lamine Diouf, gérant d’un pressing, qui avait lui-même pris ce véhicule en location auprès d’un nommé O. Mbodj, responsable d’un parking. Et pour la location, M. L. Diouf a présenté un enrôlement (certificat dépôt de permis de conduire) à O. Mbodji.

Revenant sur les faits, les mis en cause racontent que le jour de l’accident, S. M. Dia avait eu une altercation avec un groupe de jeunes durant la soirée dansante. Pour calmer les nerfs, ses amis s’extirpent de la soirée, avant de le faire embarquer dans une autre voiture pour qu’il rentre chez lui.

C’est à ce moment que I. Sy a décidé de prendre la voiture pour ramener ses amis. Il a d’abord déposé chez elle la copine d’un de leurs amis. C’est au retour qu’il a heurté la moto des jumeaux.

Vu la gravité du choc, les gosses ont été pris de panique. Ils ont indiqué qu’à la soirée, ils avaient rencontré un ami de S. M. Dia, qui selon leurs dires, a pris l’initiative de les déposer chacun chez eux. Mais après le choc, l’ami de S. M. Dia qui se trouve être I. Sy, a pris la tangente.

En effet, c’est I. Sy, qui ne faisait pas partie de la bande de départ, qui conduisait le véhicule sans permis de conduire. Présent à la barre hier, il s’est vu sermonner par le procureur pour cette infraction. En attendant d’y voir plus clair, le tribunal a mis l’affaire en délibéré pour le mardi 7 juin prochain.

Leave a reply