Exportation du blé ukrainien : La visite de Macky à Poutine débouche (déjà) sur un accord

0
39

Comme en écho au Sommet de Sotchi entre le Président russe et celui de l’Ua, la Russie et la Turquie ont réfléchi, hier, rapporte Le Quotidien, au moyen de laisser passer les navires de céréales des ports ukrainiens.

En effet, il n’a pas fallu longtemps, après la rencontre Poutine-Macky Sall de Sotchi le vendredi 3 juin dernier, pour que les effets soient perceptibles sur le plan diplomatique.

Ainsi, hier à Ankara, les ministres des Affaires étrangères de la Russie et la Turquie se sont mis d’accord pour «garantir la sécurité des navires qui quittent les ports ukrainiens».

Le ministre russe, Sergueï Lavrov, s’était rendu à Ankara afin de discuter de l’ouverture de corridors sécurisés «pour faciliter les exportations des céréales en Mer noire».

D’autant plus qu’on sait que la Turquie avait souscrit à la demande des Nations unies d’escorter les convois de navires quittant les ports ukrainiens.

Pour éviter leur occupation par la Russie, l’Ukraine a installé des mines à proximité, de manière à les rendre inutilisables. L’Ukraine est l’un des plus grands exportateurs de blé et de maïs.

Avec la Russie, ils contrôlent les deux tiers des exportations mondiales de blé, de maïs, d’huile de tournesol, sans parler de nombreux métaux précieux, et pour la Russie, d’énormes quantités d’hydrocarbures.

Si la guerre a affecté les exportations ukrainiennes, celles de la Russie souffrent du fait des sanctions imposées par les États-Unis et leurs alliés occidentaux.

Ce qui a poussé hier le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, à dire que «si nous devons ouvrir le marché international ukrainien, nous pensons que lever les obstacles aux exportations russes est légitime».

Pour rappel, le 3 juin dernier à Sotchi, Macky Sall avait plaidé pour que «tout soit fait pour libérer les stocks de céréales disponibles et assurer le transport et l’accès au marché, afin d’éviter le scénario catastrophique de pénurie et de hausse généralisées des prix».

Surtout que la hausse des prix, nous y sommes déjà. Et si les Russes et les Turcs ne convainquent pas leurs partenaires, les pénuries généralisées seront pour bientôt. Néanmoins, le chef de l’État avait quitté Sotchi en déclarant à son homologue russe qu’il était «rassuré».

Leave a reply