[Focus] Mondial 2022: Forces et faiblesses des adversaires de la poule du Sénégal

0
Le vendredi 1er avril, au Palais des congrès de Doha, la Fifa a procédé au tirage au sort de la Coupe du monde 2022. Le Sénégal, logé dans le groupe A, va en découdre avec des nations comme le Qatar, pays hôte de la compétition, les Pays-Bas et l’Equateur. Seneweb braque ses projecteurs sur les forces et faiblesses des prochains adversaires de l’équipe du coach Aliou Cissé.
Pour sa troisième participation à la Coupe du monde après 2002 et 2018, le Sénégal, 20e mondial, compte créer des sensations au Qatar, ce, après avoir éliminé l’Egypte de Mohamed Salah. En effet, après 15 phases finales de la Coupe d’Afrique des nations (Can), trois fois finaliste (2002, 2019 et 2021), autant de fois quatrième (1965, 1990, 2006) et une fois sacrés champion d’Afrique (2021), les Lions de la Téranga comptent maintenir la dynamique. Objectif : faire mieux que la génération 2000 éliminée en quarts de finale par la Turquie au mondial asiatique. Pour ce faire, ils vont devoir affronter leurs trois adversaires de groupe pour espérer d’abord se qualifier pour le deuxième tour.
Le Qatar, un novice devant son public
Modeste 51e mondial, selon le dernier classement Fifa (31 mars 2022), le Qatar, pays hôte de la coupe du monde, a l’avantage de jouer devant son public. D’ailleurs, selon la Fifa, les Qataris peuvent accéder aux différents stades avec des billets commercialisés à partir de 40 euros (un peu plus de 26 000 F Cfa) largement moins chers que pour les supporters des autres pays.
Mais, contrairement à ses adversaires du groupe A, le Qatar participera pour la première fois à une phase finale de coupe monde. Même si au niveau continental, les Al-Annabi, une seule fois champions d’Asie de l’Ouest en 2014, participent depuis 1956 à la Coupe d’Asie des nations qu’ils n’ont remportée qu’une seule fois (2019). La sélection qatarienne est également vice- championne de la Coupe arabe des nations en 1998 et est trois fois championne de la Coupe du Golfe des nations (2014, 2004, 1992). En décembre 2021, le Qatar est sorti troisième de la Coupe arabe 2021.
A noter, par ailleurs, que le Qatar a participé en tant qu’invité à la Copa América en 2019.
« Il y a beaucoup de joueurs naturalisés. Mais en même temps, il y a très peu de qatariens de naissance puisque c’est un petit pays constitué essentiellement d’expatriés », précise Christian Gourcuff. Dans ce pays de 2,5 millions d’habitants, les expatriés forment en effet environ 90% de la population.
Pendant des années, le Qatar a ainsi naturalisé de nombreux joueurs, attirés notamment dans un premier temps par les salaires proposés par les clubs locaux et ensuite restés suffisamment d’années au pays pour obtenir la nationalité sportive selon les règlements de la FIFA, une échéance passée à cinq ans au lieu de deux en 2008.
L’Equateur, les « athlétiques » !
Un des représentants de l’Amérique latine, l’Équateur, actuellement 46e mondial de la Fifa, a la réputation d’avoir des joueurs « athlétiques ». Ce, du fait de son climat. La « Tri » va s’engager pour une quatrième participation à la Coupe du monde, dont la première remonte en 2002, avec comme meilleur résultat, les Huitièmes de finale en 2006.
Au niveau continental, l’équipe équatorienne fondée en 1925, participe depuis 1939 à la Copa América (30 rendez-vous au total). Toutefois, elle se contente de la quatrième place, comme meilleur palmarès dans cette compétition. A noter, par ailleurs, qu’ils sont également une fois champions du Gold Cup.
Mais, grâce au soutien de la FIFA, le pays a profité, il y a quelques années, d’une meilleure compétitivité et de nouvelles opportunités. La construction d’un nouveau centre technique dans la province de Guayas vient compléter l’offre proposée par la Casa de la Selección à Quito. Les équipes nationales bénéficient ainsi d’un plus grand confort ; la région côtière, quant à elle, dispose désormais d’un centre de développement. La Fédération équatorienne de football (FEF) a reçu 1 500 000 USD du principal programme de soutien de la FIFA pour le financement de ces installations, situées aux portes du Pacifique et des îles Galapagos. Cet investissement s’inscrit dans le cadre des objectifs fixés par le plan stratégique de la FEF, Ecuador 3A0 pour doter le pays d’une base plus solide pour le développement du football, en s’appuyant sur d’importants changements sur le plan de l’organisation, de la culture et du football lui-même.
Pays-Bas, l’expérimenté
Côté palmarès, il est inéluctablement le favori du Groupe A. Les Pays-Bas (10e mondial) ont déjà engrangé 10 participations au Mondial (1934, 1938, 1974, 1978, 1990, 1994, 1998, 2006, 2010, 2014).  La Hollande a joué 3 finales (1974, 1978, 2010) qu’elle a toutes perdues, mais elle est classée une fois troisième en 2014 et quatrième en 1998.
« De Oranjes », ou (« les Oranges », en français) ont joué 10 fois l’Euro (1976, 1980, 1988, 1992, 1996, 2000, 2004, 2008, 2012, 2020), une compétition remportée qu’une seule fois (1988). En 1976, cette équipe a terminé à la troisième place, avant d’être finaliste malheureuses en 2019. Des statistiques qui font de cette équipe du coach Aloysius Paulus Maria van Gaal, dit Louis van Gaal, la plus expérimentée du ce groupe A.
Aujourd’hui, des Hollandais comme Memphis Depay, Virgil van Dijk, Frenkie de Jong, entre autres, sont en train d’exceller dans les différents championnats notamment européens.  

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.