Hôpital de Kaolack : affaire bébé Diary, l’horrible récit

0
14
Après l’hôpital Amadou Sakhir Mbaye de Louga, l’hôpital El Hadji Ibrahima Niasse de Kaolack est le théâtre d’un drame qui semble récurrent au niveau des structures de santé publiques.

Celui-ci trahit, au-delà de l’incompétence et de l’insouciance de quelques agents, la faillite du système de santé sénégalais dans son ensemble. Il s’agit de la mort de Diary Diallo, une semaine seulement après sa naissance.

Dans son édition de ce lundi, Libération donne plus de détails sur les circonstances du décès du nouveau-né.

Diary Diallo est née la semaine dernière au poste de santé de Wardiakhal. Souffrant de complications sévères, elle sera évacuée à l’hôpital El Hadji Ibrahima Niasse.

Réanimée à la suite d’un arrêt respiratoire, le bébé piquera une nouvelle crise qui poussera une aide-infirmière à le déclarer mort.

Libération signale que cette dernière, qui n’est pas qualifiée pour une telle intervention, a pris la place du pédiatre qui était retenu, selon le journal, par une autre urgence.

Pire, renseigne la même source, l’aide-infirmière aurait rédigé le certificat de décès (supposé) de l’enfant avant de l’envoyer à la morgue.

Informé, le père de Diary Diallo, Al Hassan Diallo, accourt avec un de ses amis. Au moment où ce dernier le tenait dans ses bras, histoire de préparer son inhumation, le nouveau-né se met à pleurer. Réacheminé en pédiatrie, l’enfant finira par rendre l’âme.

D’après Libération, Diary Diallo a passé plus de deux heures dans une caisse en carton de… Madar (produit détergent). «Avec sa couche et sa perfusion».

Et lorsque son père s’est plaint du traitement infligé à son nouveau-né, souligne le journal, un des membres du personnel de l’hôpital lui aurait lancé : «Demal foula nekh (vas te plaindre où tu veux)». C’est ainsi qu’Al Hassan Diallo a déposé une plainte.

Libération informe que la garde à vue de l’aide-infirmière qui a rédigé le certificat de décès du nouveau-né, a été ordonnée hier, dimanche, à la suite de son audition à la police.

Leave a reply