Italie : Marches pour le Sénégalais battu et soutien aux policiers »racistes »

0
42

Ce samedi à florence, deux manifs en faveur du Sénégalais battu et humilié par les « policiers racistes », le 5 avril dernier, ont été signalés. Mais les souteneurs de ces derniers n’ont pas dit leur dernier mot. 

Samedi de marches et de protestations, à Florence, après l’affaire du marchand ambulant sénégalais battu et humilié le 5 avril dernier par les agents de la municipalité.

La communauté sénégalaise s’est rassemblée sur la Piazza Indipendenza pour protester contre le traitement réservé à leur compatriote.

Le gros de la contestation a eu lieu dans l’après-midi, lorsque plusieurs centaines de militants de gauche ont participé à la manifestation organisée par Firenze Antifascista « contre le racisme et la violence de la police municipale ».

Le cortège, qui s’est ouvert avec une bannière sur laquelle on pouvait lire « Ce n’est pas la ville que nous voulons », est parti du pont Vespucci et a défilé le long de l’Arno pour arriver dans la Via de’ Gondi, sous le Palazzo Vecchio, le siège de la municipalité.

Le maire de Florence se défend 

« La police de Florence a appliqué la loiNous sommes confrontés à une exploitation politique honteuse d’une question sensible. Comme le font les mouvements antagonistes extrêmes, demander la dissolution d’un service de police municipale n’est qu’une provocation, a déclaré M. Nardella, nous serons toujours du côté de la légalité, qui ne peut être une valeur à mettre en avant uniquement quand cela nous arrange.
« Je répète que si quelqu’un a commis une erreur, il devra payer, mais nous n’acceptons pas les procès d’intention ou les procès sommaires de part et d’autre. Il n’y a pas de coexistence civile sans légalité », a poursuivi le maire,

Soutien aux policiers

Le chef de groupe de Forza Italia au Conseil régional de Toscane, Marco Stella, s’est également rangé du côté des agents. « Pourquoi les procédures de rapatriement de ce Sénégalais de 25 ans n’ont-elles pas encore été entamées, étant donné qu’il n’a pas le droit de rester en Italie ? », s’interroge-t-il.

Leave a reply