Manif’ interdite de YAW: L’incroyable message de Sonko au Préfet de Dakar

0
24

Ça commence par des éloges à l’endroit du Préfet de Dakar, surnommé l’Esprit à l’époque à l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM). «Un monsieur que j’aime bien, affable, courtois », a reconnu le leader de Pastef-Les patriotes, ce mercredi 15 juin, au cours de la conférence de presse organisée en réaction à l’interdiction de manifestation de la coalition Yewwi Askan Wi (YAW), ce vendredi. Puis, Ousmane Sonko fait savoir : « je suis obligé de lui lancer ce message : ce n’est pas cela qu’on t’a appris à l’ENAM. Ce n’est pas cela servir la République et quelquefois, mieux vaut prendre ses responsabilités et refuser d’appliquer un ordre manifestement illégal parce que là vous encourez comme sanction une affectation tout simplement, mais vous gardez votre dignité et vous restez quitte avec votre conscience et c’est cela le fonctionnaire que nous voulons dans ce pays ».

Selon lui, le Préfet « sait pertinemment que ce qu’il dit c’est faux et que l’article qu’il invoque concerne la presse ». « Le texte n’a aucun rapport avec la liberté de manifester. C’est illégal. Les plus grands ennemis de l’institution judiciaire sont dans la magistrature », avance-t-il.

“En fait, pour qu’il y ait interdiction de manifester, il faut que le Préfet prouve qu’il a y a menaces à l’ordre publique et qu’il dit qu’il n’y a pas suffisamment de policiers et de gendarmes pour encadrer cette manifestation”, poursuit le maire de Ziguinchor.

Par ailleurs, Ousmane Sonko annonce que les leaders de YAW, avec les avocats vont voir s’il est nécessaire de déposer un recours au niveau de la Cour suprême, « qui j’en suis sûr ne s’empressera pas à se prononcer puisqu’elle a 48 heures pour le faire ». « Peut-être, elle attendra vendredi 17 juin à 19 heures pour sortir l’affaire probablement. Toutefois, nous maintenons notre manifestation », laisse-t-il entendre.

Leave a reply