Mondial 2022 – Luis Fernandez : « Le Sénégal peut faire un brillant parcours dans cette compétition «

0
80

Au Liberia sur invitation du Président George Weah qui organise un match de gala en marge de l’inauguration d’un complexe sportif, Luis Fernandez se dit heureux de faire partie des distingués invités de son ancien coéquipier qu’il a entraîné par la suite au Paris Saint-Germain. Le concepteur de la célèbre émission «Luis attaque» s’est confié à nos confrères de RECORD sur la participation des équipes africaines au prochain mondial mais aussi sur le parcours du sélectionneur des Lions, Aliou Cissé, son ancien joueur au PSG.

Quelles sont les chances des équipes africaines à la Coupe du monde 2022 ?

Je dirais qu’ils ont des chances, parce qu’à chaque fois dans ces compétitions là, ils ont quelque chose qu’ils n’ont pas quand ils jouent la CAN. C’est que quand ils viennent à la Coupe du monde, ils savent que ça c’est le monde entier qui vous regarde. Ils savent très bien que la CAN ça reste pour un public différent, c’est l’Afrique. Alors que là c’est le monde. Je me rappelle quand le Sénégal a battu l’équipe de France en 2002, champion du monde en titre. C’est dire que quand ils arrivent dans ces compétitions là, ils ne se mettent pas de pression en se disant s’ils sont favoris ou pas. Ils ont plutôt une position d’être représentatifs pour leur pays et le continent africain. Et là, ils vont élever leur niveau. Ils vont se mettre à jouer, à se lâcher. Et je suis certain qu’ils réussiront. Même s’ils ne vont pas tous réussir, mais je pense qu’ils vont nous donner une belle image. J’ai vu dernièrement la Côte d’Ivoire contre l’équipe de France, mais ce n’est pas possible. Je me suis dit mais comment les Ivoiriens ont fait pour ne pas être à cette Coupe du monde-là, notamment avec le match de haute facture qu’ils ont livré contre les Français. En jouant si bien, à la perfection, en défendant et en attaquant bien avec une bonne utilisation du ballon. Je suis énervé, parce que je me suis rendu compte que cette équipe était capable de rivaliser avec les meilleures équipes du monde.

D’habitude, à l’exception de la dernière édition, une équipe brille plus que les autres. Quel est pays voyez-vous s’illustrer au Qatar ?

Il y a évidemment le Sénégal, le Cameroun et le Ghana. Le Sénégal a un leader qui s’appelle Sadio Mané, et qui est une grande force. Le Cameroun, ils ont créé la surprise en éliminant l’Algérie. C’est aussi une force. Vous savez, le Sénégal peut faire un brillant parcours dans cette compétition avec Aliou Cissé que j’ai eu comme joueur au PSG. Cette équipe compte beaucoup des joueurs avec pas mal d’expérience. On parle toujours de Mané qui est un excellent joueur, mais il y a d’autres joueurs qui sont dans d’autres grands clubs qui ne sont pas si mal.

Justement, parlant d’Aliou Cissé, êtes-vous surpris du parcours qu’il a fait à la tête de cette équipe du Sénégal ?

Non, parce qu’il a fait comme Djamel Belmadi. Parce que comme je l’ai dit tout à l’heure, je pense que le football, il faut de plus en plus en Afrique qu’on ait confiance aux anciens internationaux. Souvent, et peut-être à juste raison, ils avaient l’habitude d’aller chercher ailleurs les compétences nécessaires. Mais aujourd’hui, beaucoup de joueurs africains qui ont joué dans des grands clubs européens ont été entraînés par des grands entraîneurs. Ils ont vu comment c’est. Aliou Cissé et Djamel Belmadi sont deux anciens joueurs passés dans de grands clubs et qui ont eu envie de passer le cap. Aliou réalise un joli parcours, parce qu’il a le groupe idéal qui répond à ses attentes. Les joueurs répondent présent sur le terrain.

Et pourtant sa méthode était décriée. À tort ou à raison ?

Un entraîneur est toujours obligé de passer sous les feux de la critique. Tu auras toujours des gens pour et des gens contre. Mais le plus important, c’est toujours d’avoir des joueurs en ta faveur, qui t’accompagnent et qui ont envie de gagner. Ainsi, tu auras pratiquement gagné ton pari. Après, t’auras forcément des gens pour dire que tu joues bien ou tu joues mal. Comme par exemple l’équipe de France quand elle jouait mal. Moi, je suis admiratif de Didier Deschamps, parce que j’aime les entraîneurs qui font gagner leurs équipes, qui les amènent le plus loin possible. Quand la France a été championne du monde, les critiques se sont tues. Parce les joueurs étaient d’accord et suivaient ce que leur entraîneur leur donnait comme consignes. Aliou Cissé c’est pareil, il met des joueurs sur le terrain et ils répondent présent. Maintenant, il sera toujours critiqué.

Leave a reply