Reconnu coupable, Boris Becker risque la prison

0
75
L’ancien joueur vedette de tennis Boris Becker pourrait être condamné à une peine de prison après avoir été reconnu coupable, vendredi, d’avoir transféré illégalement des milliers de dollars d’un compte bancaire après avoir déclaré faillite.
 
Un jury d’un tribunal de Londres a condamné Becker pour quatre chefs d’accusation en vertu de la loi sur l’insolvabilité, notamment le retrait de biens, la dissimulation de dettes et deux chefs d’accusation de non-divulgation de succession.
 
Il a été découvert que la vedette allemande avait transféré des centaines de milliers de livres après sa faillite en juin 2017 de son compte professionnel vers d’autres comptes, y compris ceux de son ex-femme Barbara et de son ex-épouse Sharlely « Lilly » Becker.
 
Il a également été reconnu coupable d’avoir omis de déclarer une propriété en Allemagne et d’avoir dissimulé un prêt bancaire de 825 000 euros (895 000 $ US) et des actions dans une entreprise technologique.
 
Il a été acquitté de 20 autres chefs d’accusation, notamment d’avoir omis de remettre ses nombreuses récompenses, dont deux trophées de Wimbledon et une médaille d’or olympique.
 
Le sextuple champion du Grand Chelem avait nié toutes les accusations, affirmant qu’il avait coopéré avec des administrateurs chargés de sécuriser ses actifs, même en offrant son alliance de mariage, et avait agi sur les conseils d’experts.
 
La faillite de Becker découle d’un prêt de 4,6 millions d’euros (5 millions $ US) auprès d’une banque privée en 2013, ainsi que d’environ 1,6 million $ empruntés à un homme d’affaires britannique l’année suivante, selon un témoignage au procès.
 
Au cours du procès, Becker, âgé de 54 ans, a déclaré que ses 50 millions $ de revenus en carrière avaient été engloutis par les paiements d’un « divorce coûteux » et des dettes lorsqu’il avait perdu une grande partie de ses revenus après sa retraite.
 
Il a dit qu’il avait des « engagements de style de vie coûteux », y compris une maison à Wimbledon qui coûtait 22 000 livres (28 800 $ US) en loyer chaque mois. Mais il a dit qu’une mauvaise publicité avait nui à la « marque Becker », ce qui l’empêchait de gagner suffisamment pour rembourser ses dettes.
 
Les accusations sont passibles d’une peine maximale de sept ans de prison. Becker a été libéré sous caution jusqu’à une audience de détermination de la peine, le 29 avril.

Leave a reply