Sénégal : une jeunesse en situation de détresse

0
25

De plus en plus , les enfants sont devenus la cible préférée des prédateurs et autres maniaques dont la place est dans les asiles . Face à la recrudescence de la violence faite contre cette frange importante de notre société nous sommes tous interpellés .
Et pourtant , l’enfance est la couche la plus sensible de notre société mais demeure très souvent défavorisée voir trop souvent délaissée donc laissée à elle – même ,sans défense .
Elle est alors souvent victime de multiples et diverses agressions qui ont pour noms : viols , précarité , non scolarisation, manque d’éducation, défaut de prise en charge etc …
Face donc à tous ces fléaux qui plombent son évolution et le conduit inexorablement à des déviations, il urge de trouver des solutions durables qui permettront aux enfants de s’épanouir et de grandir dans la sérénité.
De nos jours , nous vivons dans un monde en mutation permanente ou les changements de paradigmes sociaux contribuent à la déperdition de nos valeurs. Les enfants sont exposés face à la puissance dévastatrice des lobbies dont le seul but est la jouissance et l’assouvissement de leurs désirs animaux.
Aussi les cas qui secouent l’opinion ces derniers jours ne sont que la face visible de l’iceberg. En effet , nos enfants n’ont plus de repères …
La première fracture provient de l’effritement de la famille qui constituait jadis la base de l’éducation,le socle de la société. Aujourd’hui,la famille n’est plus ce rempart infranchissable qui pouvait protéger l’enfant des tares de la société .
L’école et les daras ne sont plus aussi ces temples de l’éducation et de l’introduction capables de façonner pour demain des adultes responsables.
Cependant, nous ne devons pas pour autant abdiquer car il y va de la sauvegarde de notre communauté. Ainsi la restauration du legs de nos aïeuls devient une urgence. Pour endiguer la progression de cette délinquance juvénile qui gagrène notre société , nous devons retourner à nos valeurs , enseigner à nos enfants la richesse du jom,du kersa,du fouleu AK fayda ainsi que du diomb na def li…
Il nous faut aussi revoir nos comportements, ce que nous disons devant les enfants car ils sont de grands imitateurs. Les enfants procèdent par mimétisme et ont ainsi tendance à copier les faits et gestes des adultes. C’est pour cela que nous devons aussi revoir les contenus des émissions télévisées qui souvent font l’apanage de la violence sans le savoir .
Notre société va mal , nous vivons mal …
Aussi , nous avons la lourde responsabilité de combattre l’ignorance qui, dans la liberté mène au désordre , dans la pauvreté conduit à la criminalité , dans l’opulence mène à la corruption,avec le pouvoir mène à l’abus et avec la religion conduit au fanatisme .
Alors comme disait ce géant , l’éducation est la meilleure arme pour le développement.
Rendons à nos Éducateurs leurs lettres de noblesse et leur dignité retrouvée.
Valorisons davantage les Enseignants, ces artisans du Savoir, Savoir-faire, du Savoir-être mais surtout du Savoir-devenir.
Retournons à nos Valeurs ancestrales du Jom, Mugn , Kerrsa, Fitt mais surtout du Doylou.
Tout ceci arrimes à l’éducation religieuse et populaire.
Mona avis est que les Daaras et les mouvements associatifs tels que le scoutisme ont un rôle à jouer.
Au lieu de jeter chaque année des millions FCFA dans les navetanes, changeons de paradigmes et essayons les Daaras de vacances ou les camps de vacances genre chantiers de reboisement ou de réhabilitation de structures sociales, nous aurons ainsi un NTSP (
Nouveau Type de Sénégalais Positifs) soucieux du bien public et prêts à prendre en charge le développement de son pays.
Libérons ce pays de toute cette jeunesse politique et de ces pseudo activistes qui le prennent en otage sans lendemain.
Notre survie face aux agressions modernes comme les Réseaux sociaux et les biens mal acquis sont à ce prix.

Djiby Guisse
Directeur de collectivités Éducatives

Leave a reply