Victime d’une arnaque portant sur 32 millions : Ibrahima Sylla, un sénégalais résidant en Allemagne, traîne en justice la notaire Aïssatou Guèye Diagne.

0

En matière de business, il n’y a point de sentiments. Ibrahima Sylla, un sénégalais résidant en Allemagne, vient d’en administrer la preuve. Il n’a pas hésité à traîner en justice la notaire Aïssatou Guèye Diagne, qui l’aurait escroqué de plus de 32 millions.
Aïssatou Guèye Diagne est encore citée dans une plainte pour escroquerie et faux en écritures publiques authentiques. Selon le plaignant Ibrahima Sylla, un sénégalais résidant en Allemagne, la notaire a falsifié un acte de vente pour procéder à son acte délictuel. Pire, la signature du directeur des Impôts et domaine a été imitée dans les documents qui lui ont été remis.

Les faits remontent au mois d’octobre 2020, quand le sieur Ibrahima Sylla avait manifesté la volonté d’acheter un terrain d’une valeur de 30 millions à Yoff. Une somme que le plaignant dit avoir intégralement versée à la notaire, qui était chargée de lui remettre l’acte de vente dûment signé devant des témoins.

Seulement après avoir récupéré l’intégralité du montant, la bonne dame n’est pas allée au bout de sa logique. La partie civile, qui avait payé l’intégralité du prix du terrain en plus des frais de notaire, ne peut jusque-là entrer en possession de sa parcelle. Une situation qui lui a valu un préjudice énorme.

L’émigré renseigne qu’il avait manifesté la volonté d’acheter le TF de 220 m2 sis à Yoff d’une valeur de 30 millions à Yoff. En fait, une somme de 22 400 000 francs CFA a été reversée à Aïssatou Guèye Diagne, le vendeur Seydina Issa Rouhoulahi Diop ayant perçu 10 000 000 francs CFA.

Ce dernier, poursuivi tout comme la notaire, se trouve être le cédant de la parcelle. Et, une décharge a été signée par les deux parties, « pour une transaction où c’est le notaire qui collabore avec le cédant », estime le plaignant.

« La notaire Aïssatou Guèye Diagne fait comme si la vente n’a pas encore été conclue. Elle m’a remis une fausse attestation de proposition de vente unilatérale », explique le plaignant.Ce dernier ne s’est pas fait prier pour porter plainte, après que d’autres noms ont apparu dans la transaction. Car selon la partie civile, une dame s’est présentée à ses parents comme étant le véritable propriétaire du terrain. Affaire à suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.