Violences pré-électorales au Sénégal : des Imams et prédicateurs plaident pour le report des élections législatives

0
57

Les violences ayant engendré des morts, lors de la manifestation interdite de la Coalition Yewwi Askan Wi, du 17 juin dernier, a suscité la réaction des membres de la Ligue des Imams et prédicateurs du Sénégal (Lips). Ces autorités religieuses ont plaidé pour le report des élections législatives du 31 juillet.

« La Lips requiert de la part du président Macky Sall, le report des élections législatives dans le respect de la légalité constitutionnelle, et la réouverture urgente du dialogue politique de manière inclusive pour que des décisions d’un commun accord soient prises sur les questions majeures du processus électoral qui, si elles ne sont pas tranchées de manière consensuelle, peuvent entacher le processus, ternir notre démocratie et justifier des comportements aux conséquences désastreuses pour notre pays », a déclaré le Bureau national de ladite organisation.

Une demande que l’Imam Dame Ndiaye et ses collègues estiment avoir formulé, vu leur « rôle d’acteur averti de la société civile religieuse sénégalaise et les enjeux du moment, qui ne laissent personne indifférente ». Mais aussi, parce que, conscients « des risques que la situation politico-sociale pré-électorale fait planer sur la stabilité de notre pays ».

Ce report des joutes électorales, les imams et prédicateurs du Sénégal expliquent l’avoir cautionné après avoir consulté « des spécialistes de haut rang du droit constitutionnel sénégalais pour une meilleure analyse de la situation et l’esquisse d’issues heureuses face au climat de tension qui règne dans le pays ».

Ligue se dit « consciente des répercussions désastreuses que les positions des uns et des autres pourraient avoir sur les vies humaines civiles et militaires d’enfants du même terroir et sur la sécurité des biens de nos concitoyens et des étrangers vivant parmi nous. Les imams et prédicateurs du Sénégal a interpellé le président Macky Sall sur sa « responsabilité pleine et entière sur ce qui est arrivé et ce qui arrivera ».

Dans un ultime saut, la Lips invite le Gardien de la Constitution « de poser des actes forts allant dans le sens de la désescalade et de l’apaisement ». Les parties prenantes aux élections, au nom de la paix et de la cohésion sociale n’ont pas été laissées en rade. En effet, Ousmane Sonko et Cie, ont été invités à répondre à l’appel au dialogue pour l’intérêt supérieur de la nation. La Ligue dit prier Allah (Swt) de veiller sur le Sénégal, de préserver sa paix et sa stabilité, ainsi que sur l’ensemble des pays de la Ummah et de l’humanité toute entière.

Leave a reply